Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someonePin on Pinterest0

 

Nous sommes en 1989. Dans Retour vers le futur II, possibilité est offerte au héros de s’équiper des chaussures de demain, à lacets automatiques :

 

1/ Un mythe devenu réalité ? La Nike “HyperAdapt 1.0”.

Depuis des années, Nike planche tranquillement sur le sujet pour se montrer à la hauteur de la science-fiction. Ils détaillent en mars 2016 leur projet de “chaussures à lacets adaptifs” :

 

Officiellement, la vidéo n’est même pas répertoriée dans YouTube ; on ne peut y accéder que depuis un partage.

Bonne idée pour mesurer l’effet viral du produit : la vidéo cumule à ce jour près de 4 000 000 de vues !

Restait une inconnue jusqu’à présent : la date de sortie ! Or Nike vient de sortir du bois sur Twitter par l’intermédiaire de sa Responsable Communication. C’est prévu pour le 28 novembre… aux Etats-Unis.

 

Si par hasard vous avez la chance de vous y rendre, sachez qu’un essai ne sera accordé que dans certaines boutiques et seulement sur rendez-vous !

Il s’agit de recruter des fanatiques pour en faire des ambassadeurs de la marque, pas d’attirer quelques curieux :].

Le prix ? Encore inconnu ! C’est comme le nouvel Iphone 7 et suivants : peu importe. Les clients voudront leur paire de Nike HyperAdapt 1.0 à tout prix… et sans doute la 2.0, 3.0 etc par la suite ? C’est sans doute l’espoir (peu) secret de Nike.

 

2/ Un impact potentiel pour les commerçants ?

Quelles leçons tirer de cette campage si vous êtes commerçant ?

 

a/ Le pouvoir du “branding”.

Proposer des produits de marque c’est mieux, pour l’image et pour les marges. Plus que jamais, les marques racontent qui vous êtes et ce que représente votre boutique.

Les clients sont favorablement conditionnés au premier coup d’oeil. A méditer quelque soit votre secteur.

 

b/ L’obsolescence programmée : une stratégie qui s’étend ?

Les écologistes et les associations de consommateurs s’en font régulièrement l’écho : les fabriquants de tout type se font un plaisir de sortir des produits à intérêt limité dans le temps.

Leur durée de vie potentielle peut être élevée : dans les faits, la prochaine version entraine la mort de la précédente.

Dur de faire fortune en vendant de l’inusable de toute façon :].

 

c/ L’exemple type du web to store.

Avant que le commerçant du quartier propose la Roll-Royce de Nike, quelques montagnes restent à franchir.

Dommage car c’est l’exemple type du produit “web to store”. On se renseigne sur Internet avant d’aller essayer et acheter en magasin.

Aspect essentiel : ce produit haut de gamme nécessite l’assistance d’un vendeur pour une utilisation optimale.

On fait ainsi plaisir à ses distributeurs… et on limite les retours.

 

d/ La norme demain ?

Aurons-nous tous au pied des chaussures qui se laçent toutes seules dans 5 ans ? Je ne crois pas, ne serait-ce que pour des raisons de coût… et de brevet !

D’un point de vue professionnel, les Nike HyperAdapt sont inspirantes pour ce qu’elles véhiculent : communication “2.0” (Youtube, Twitter…) technologie, design… et remise au centre du commerçant puisque l’achat est finalisé en boutique.