Share on Facebook3Share on Google+1Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someonePin on Pinterest0

Face à la montée du E-commerce en France, certains commerçants sont inquiets : leur modèle économique est-il dépassé ? Vont-ils mettre la clé sous la porte à terme ?

 

1/ Etat des lieux du commerce en France.

D’après une étude de l’INSEE parue fin 2015, portant sur des chiffres de l’année 2013, le commerce traditionnel pèse plus de 1 400 milliards d’euros.

Etude INSEE CA commerce

 

En comparaison, d’après les chiffres de la FEVAD repris par Zdnetle chiffre d’affaires de l’e-commerce progresse doucement à 70 milliards d’euros.

CA Ecommerce France

Le rapport est donc de l’ordre de 70 / 1 412 = environ 5%.

Certes, on manque de données sur la progression ou le déclin du commerce traditionnel ; à côté, la montée de l’e-commerce est très nette. Seulement, à ce rythme (10 milliards de CA par an ?), il lui faudrait près de… 134 ans avant de supplanter les commerces physiques!

Le développement du mobile (téléphone, tablette) encourage les achats en ligne et peut permettre une accélération de ce développement.

Mais le constat est clair : le commerce “hors ligne” est vital pour les Français.

 

2/ Commerce et e-commerce sont complémentaires !

a/ Les limites du Showrooming.

Le showrooming ou “furetage” consiste pour le consommateur à repérer un produit en magasin avant de le commander sur Internet.

Face à cette pratique, les commerçants sont capables de faire valoir :

  1. Leurs conseils personnalisés pour orienter leurs clients vers le produit adapté.
  2. L’expérience globale offerte par leur boutique : accueil, son / visuel, immédiateté…

Ce n’est pas un hasard si certains commerces réclament des ouvertures le dimanche : la plupart des français apprécient de “faire les magasins” en famille pendant leur jour de repos.

 

b/ La tendance du web to store.

Le web to store consiste à étudier des produits via Internet et les moteurs de recherche, avant de se rendre en magasin pour les récupérer.

2 exemples :

  1. Le client n’a pas envie d’attendre la livraison. Il a pu vérifier via le site du commerçant que le produit est disponible dans un magasin proche de chez lui, et il passe sans être annoncé.
  2. Le produit est disponible et un système de commande ou de drive le tient à la disposition du client (Nescafé, Leclerc…).

 

Un impératif pour réussir le web to store :

  1. Optimiser le référencement de son site pour que ses produits soient facilement “trouvables” sur Internet et sur Google en particulier.
  2. Travailler aussi le référencement local, pour que le magasin qui proposent les produits recherchés apparaisse sur la carte de Google à proximité de l’internaute.Magasin chaussures Google Map

 

3/ Monter sa boutique en ligne.

3 solutions principales s’offrent au commerçant qui souhaite associer sa boutique “brick and mortar” à une boutique en ligne.

 

a/ Une solution de type plateforme e-commerce.

On peut citer par exemple Oxatis, Wix, Wizishop… Même si l’on est assisté sur le design et certains aspects techniques, il faut au final créer le site soi-même et cela demande un minimum d’aptitudes et de temps !

Par ailleurs, pour un site qui “réussit”, propose de nombreux produits et développe son chiffe d’affaires, le coût sera au final plus cher qu’un site indépendant en raison de l’abonnement.

 

b/ Un site e-commerce basé sur un CMS type Drupal, Prestashop ou WooCommerce.

Il s’agit d’une solution efficace pour les e-commerçants ambitieux ; le coût de départ est par contre assez élevé puisqu’il requiert les services d’une agence web spécialisée ; comptez en général quelques milliers d’euros pour une conception et une intégration de A à Z.

Intéressant si vous disposez de peu de temps mais d’un budget conséquent.

 

c/ Bootikonline, le e-commerce selon CashOffice.

Pour les commerces de détail qui disposent d’une caisse équipée de notre logiciel, nous proposons une solution complémentaire e-commerce avec Bootikonline.

Gérez votre activité en boutique et sur le web avec votre solution Cash Office de manière totalement synchronisée: vous ne saisissez vos données qu’une seule fois, Cash office se charge du reste.

De quoi vous simplifier la vie tout en déployant votre business et en élargissant votre clientèle. Quant à vos clients traditionnels, ils peuvent vous retrouver facilement sur Internet pour découvrir vos actus, vos nouveaux produits…

Bootikonline CTA

 

A chaque commerçant sa solution ! Nos experts vous conseillent et vous proposent la solution adaptée à vos attentes spécifiques.

Cash Office, une expérience métier de plus de 25 ans !

Demandez votre devis gratuit