Share on Facebook2Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someonePin on Pinterest0

 

Difficile d’échapper à la folie Pokemon Go.

Il suffit de regarder les Actualités proposées par Google pour se rendre compte que TOUS les grands médias en parlent au quotidien :

Actualités Pokemon Go

 

Le Monde, RTL, Le Figaro ? On est loin de “Jeux Vidéo Magazine”.

Le jeu dépasse donc le cadre du jeu classique pour devenir un véritable phénomène de société.

 

En quoi Pokemon Go concerne-t-il les commerçants ?

Le défi est toujours de faire venir un maximum de clients en boutique. Or, de nombreux consommateurs estiment que les magasins se ressemblent.

Quoi de mieux pour se différencier qu’une opération commerciale autour d’un jeu populaire ?

Vous vous rendez sans doute déjà compte qu’elles fleurissent autour de vous :

Grand Jeu Pokemon Leclerc

 

Ici par exemple, un Centre E. Leclerc utilise sa page Facebook pour communiquer sur le jeu.

Les clients doivent se rendre en magasin pour prendre des photos de Pokemon capturés dans les rayons. Ils gagnent alors un cadeau !

 

Question : la clientèle captée par le jeu est-elle intéressante ?

Le premier jeu Pokemon est sorti en 1996… il y a 20 ans ! Si les joueurs avaient entre 10 et 20 ans à l’époque, ils en ont aujourd’hui entre 30 et 40 ans !

D’autres jeux ont suivi dans les années 2000, pour toucher les générations suivantes. Au final, une majorité de 20-40 ans est sensible à l’univers Pokemon. Leur pouvoir d’achat est loin d’être négligeable.

 

Le Monoprix de St-Michel à fait l’erreur de sous-estimer la viralité du phénomène en offrant quelques “kits du dresseur” aux joueurs qui s’y rendraient.

Résultat ? Plus de  1 000 personnes présentes au rendez-vous pour seulement 10 kits offerts !

Opération Pokemon Monoprix

 

Catastrophique pour l’image de la marque… et même gênant pour la sécurité publique.

Que faire à part un “grand jeu” et offrir des cadeaux ?

Le but de Pokemon Go est de capturer les fameux Pokemons (Pocket Monsters). Pour ce faire, les joueurs auront besoin de balles de capture et d’autres bonus, disponibles dans des pokéstops.

Un commerçant situé à proximité a de fortes chances d’avoir davantage de passage dans sa rue et, par conséquent, son échoppe !

Il peut par ailleurs, s’il est juste à côté d’un Pokéstop, activer un leurre qui attire les Pokemons pendant 30 minutes (coût autour de 1€…).

Les clients qui vous rendent visite ou consomment vos produits ont donc toutes les raisons de prendre leur temps… Idéal pour mieux rentabiliser les heures traditionnellement creuses.

 

Et si je n’ai pas de Pokéstop près de mon magasin ?

C’est là où les développeurs du jeu ont tout prévu. Il est possible, à terme, de devenir un Pokéstop… en argumentant autour de la position stratégique du lieu ou contre rémunération. Un formulaire de contact est disponible.

 

Cela vaut-il le coup de miser sur Pokemon ? L’effet ne va-t-il pas s’estomper ?

Le jeu en est à ses prémices : de nouvelles options sont prévues pour augmenter et fidéliser les joueurs.

Chaque année devrait voir son lot de nouveaux Pokémons à capturer augmenter. On parle d’un potentiel de croissance d’un milliard d’euros par an pour la licence.

Si accéder au rang de Pokéstop peut donc se négocier pour son commerce, cette option sera probablement très rentable à terme.

 

Connaissez-vous le logiciel de caisse Cash Office ?

Il s’adapte spécialement à votre secteur d’activité. Profitez d’une démonstration gratuite.

Logiciel de caisse Cash Office

Demandez votre devis gratuit